menu

Nos actualités

CSG-CRDS

La contribution sociale généralisée (CSG) et la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS), dues par tous les salariés, sont deux prélèvements de nature fiscale destinés au financement de la Sécurité sociale.

01 JAN , 2018

Contribution sociale généralisée au 1er janvier 2018
BaseSalariéEmployeur
CSG (1) non déductible de l’impôt sur le revenu2,4 %-
CSG (1) déductible de l’impôt sur le revenu6,8 %-
Total (1) 9,2 %-
(1) Base CSG : 98,25 % du salaire brut (l’abattement de 1,75 % ne s’applique que pour un montant de rémunération n’excédant pas 4 plafonds annuels de la Sécurité sociale) + contribution patronale des cotisations de retraite supplémentaire et de prévoyance complémentaire, le cas échéant.

Contribution au Remboursement de la Dette Sociale
BaseSalariéEmployeur
CRDS (1) 0,5 %-
(1) Base CRDS : 98,25 % du salaire brut (l’abattement de 1,75 % ne s’applique que pour un montant de rémunération n’excédant pas 4 plafonds annuels de la Sécurité sociale) + contribution patronale des cotisations de retraite supplémentaire et de prévoyance complémentaire, le cas échéant.

À noter : la CRDS n’est pas déductible de l’impôt sur le revenu.

©  Les Echos Publishing - 2017
← Revenir au blog

CSG-CRDS

La contribution sociale généralisée (CSG) et la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS), dues par tous les salariés, sont deux prélèvements de nature fiscale destinés au financement de la Sécurité sociale.

01 JAN , 2018

Contribution sociale généralisée au 1er janvier 2018
BaseSalariéEmployeur
CSG (1) non déductible de l’impôt sur le revenu2,4 %-
CSG (1) déductible de l’impôt sur le revenu6,8 %-
Total (1) 9,2 %-
(1) Base CSG : 98,25 % du salaire brut (l’abattement de 1,75 % ne s’applique que pour un montant de rémunération n’excédant pas 4 plafonds annuels de la Sécurité sociale) + contribution patronale des cotisations de retraite supplémentaire et de prévoyance complémentaire, le cas échéant.

Contribution au Remboursement de la Dette Sociale
BaseSalariéEmployeur
CRDS (1) 0,5 %-
(1) Base CRDS : 98,25 % du salaire brut (l’abattement de 1,75 % ne s’applique que pour un montant de rémunération n’excédant pas 4 plafonds annuels de la Sécurité sociale) + contribution patronale des cotisations de retraite supplémentaire et de prévoyance complémentaire, le cas échéant.

À noter : la CRDS n’est pas déductible de l’impôt sur le revenu.

©  Les Echos Publishing - 2017
← Revenir au blog