menu

Nos actualités

La digitalisation inquiète un grand nombre de professionnels

Un récent sondage fait apparaître que 36 % des Français craignent qu’à terme leur métier soit exercé par une machine ou un service numérique.

08 NOV , 2017

Réalisé par OpinionWay pour ANEO, un sondage paru en octobre dernier, s’est intéressé au ressenti des Français face aux mutations du monde du travail et plus particulièrement à la vague de digitalisation qui, depuis quelques années, modifie en profondeur toute la société. Premier enseignement, 52 % des personnes interrogées estiment que le progrès technique fera disparaître des emplois qui ne seront pas remplacés, contre 43 % qui pensent le contraire. 36 % craignent même que leur propre métier soit bientôt exercé par une machine ou un service en ligne. Les plus pessimistes (8 %) estiment que ce remplacement interviendra dans les 5 ans, 15 % dans les 5 à 15 ans et 13 % à plus long terme. En toute logique, lorsqu’on les interroge sur les matières dans lesquelles il faut exceller pour trouver sa place dans le monde du travail, l’informatique est citée en premier (66 %) devant l’anglais (54 %), l’économie (44 %) et les autres langues (39 %). Curieusement, dans un pays qui manque cruellement d’ingénieurs, les mathématiques et la physique ne rassemblent que respectivement 27 % et 12 % des suffrages.

S’adapter, se perfectionner

Loin d’être abattus, les Français considèrent que pour continuer à évoluer dans leur domaine d’activité sur le long terme, ils doivent se perfectionner et s’adapter aux nouveaux usages en vigueur dans leur métier (45 %). Pour cela, 44 % d’entre eux envisagent de se former (seuls ou en prenant des cours). 35 % souhaitent également développer leurs compétences dans le numérique, 27 % dans l’apprentissage d’une nouvelle langue et 25 % pensent reprendre leurs études. Pour évoluer professionnellement, 49 % des personnes interrogées comptent sur les entreprises, 41 % sur les branches professionnelles, 41 % sur l’État et 34 % sur les CCI, les chambres des métiers et les chambres d’agriculture.

Enfin, concernant les métiers d’avenir, les Français citent d’abord les services à la personne (89 %), le tourisme (79 %) et l’informatique (76 %). En revanche, 55 % d’entre eux considèrent que l’industrie devrait encore perdre de nombreux emplois, tout comme le service public (73 %).

©  Les Echos Publishing - 2017
← Revenir au blog